L'histoire de la Mine

Immagine Google Earth Olgiate Molgora

À Olgiate Molgora, dans la zone située entre la via Fabbricone et la Via San Primo, il y avait une grande usine qui occupait des générations d’ouvriers et de mineurs, “el Fabbricon” qui produisait du ciment Portland. L’usine est restée en activité jusqu’au milieu du siècle dernier, jusqu’au 3 juin 1967, lorsqu’il y eu une explosion et un incendie dans l’usine, avec la mort de six ouvriers d’Olgiate; faits qui ont conduit à la transformation de la zone en zone de bâtiments de résidence.

Le Fabbricone est né en 1906 lorsque les frères Gnecchi (anciens propriétaires de carrières à Maggianico, juste en contrebas du Resegone) ont eu l’idée d’exploiter les gisements de marnes placés sous le sol de San Zeno et Santa Maria Hoè. La zone de naissance, d’origine du Fabbricone présentait des avantages logistiques considérables: elle était proche de la gare d’Olgiate Molgora, à proximité de la route principale de Côme et de Bergame.

D. Gnecchi OM
Stabilmento Cementi

L’usine, depuis 1908, était équipée d’installations pour produire du ciment Portland; cependant, la concurrence dans l’industrie du ciment augmentait d’année en année, et les Gnecchi ne savait pas comment réagir à la crise et cédèrent l’ensemble du complexe aux Pesenti, principaux actionnaires de la société italienne “Cements Limited” de Bergame. Ils se sont lancèrent dans une expansion substantielle de l’usine et des puits d’extraction de marnes et en conséquence, entre 1914 et 1925, de nouvelles usines de production ont été mises en place. Au sommet de sa puissance, la Fabbricone produisait 50 000 tonnes de ciment par an, à partir de 70 000 tonnes de pierre brute. Au cours des années suivantes, le rendement a diminué lentement avec le temps, notamment en raison de l’épuisement des anciennes mines de marnes et de la forte concurrence des nouvelles cimenteries, plus efficaces particulièrement du point de vue de l’efficacité de la production.

L’exploitation de la marne a commencé depuis 1906. A la recherche de nouveaux matériaux à extraire ont été creusés plusieurs niveaux différents qui ont formé un labyrinthe en contrebas du territoire d’Olgiate.

Le principal complexe minier est appelé “Pelucchi” et se compose de cinq niveaux de tunnels creusés dans la marne, se chevauchant et presque parallèles les uns aux autres, dont les quatre niveaux inférieurs sont constamment inondés par l’eau de la nappe phréatique et par percolation. Les cinq niveaux sont en communication au moyen d’un puits en béton armé, utilisé pour l’ascension et la descente des bacs pour le matériel de transport.

Complesso Industriale del Fabbricone - Olgiate Molgora

La partie sèche de la mine

Le premier niveau est presque complètement à sec (quelques centimètres d’eau dans certaines zones), avec une longueur de 130 mètres, une largeur variable entre 15 et 10 mètres et une hauteur d’environ 12 mètres. Ce niveau se termine par une jonction qui donne lieu à deux longs tunnels supplémentaires: l’un à gauche pour encore 136 mètres avec une hauteur de 12 mètres et une largeur de 15 mètres, l’autre à droite, beaucoup plus étroit que le précédent, qui se développe sur environ 360 mètres.

Ce deuxième passage, large et haut d’environ 2 mètres, est appelé “Galleria Piave”, permettant le passage du train et des wagons de la mine et qui relie le premier niveau des galeries “Pelucchi” avec le premier niveau des galeries dites “Buttero

L’ensemble du complexe se termine par les galeries “Cepera”, du nom du village homonyme de Cepera, à une courte distance de l’église de Monticello, mais maintenant dans la municipalité de Santa Maria Hoè. Les excavations se poursuivent en direction de la colline au-dessus de l’église de Santa Maria Hoè et Rovagnate.

Préservation et promotion de l'environnement

La Mine

Cette mine représente un système unique inondé à la fois d’eau de pluie et par des  résurgences. On y trouve des concrétions uniques de pierre et de calcite. L’extraordinaire découverte de ce que les géologues appellent techniquement des «pisolites», des formations calcaires qui se créent généralement en des centaines d’années en enroulant un matériau autour d’un grain de sable initial pour créer une sorte de balle de ping-pong.

Cette mine représente également un témoignage unique de l’histoire industrielle de la ville.

Espèces protégées en voie de disparition

Les chauves-souris sont ici une caractéristique unique en Europe. A environ 3-400 mètres de l’entrée, vous pouvez trouver des spécimens suspendus de Myotis Capaccini et Myotis Nattereri: la singularité de la colonie présente dans les tunnels de Pelucchi réside dans le fait que ce sont deux espèces en grave danger d’extinction et qu’elles sont sur la liste de l’annexe de la directive IV 92/43 / CEE concernant la conservation des habitats naturels et semi-naturels de la flore et de la faune sauvages.

S16
S17